Code name: Labellais

The rorkish (sometimes called magadanish) is a constructed language (or conlang) which we created with our friend E. Decaux since 2015. For the needs of the immersion, hence we will write as if this tongue and their speakers do exist.

The rorkish (from арурк/arork: tongue) is a language which is spoken by the eponym people in the extreme-east part of Russia on the sea of Okhotsk’s banks. When Homo sapiens crossed the Bering Strait, the first inhabitants of this region settled near the current town of Magadan in Russia. Their Russian name comes from it (Magadansky).

Then the Rorks or “Katamak” (literally: WeHuman) expanded all around this sea, from the Kamchatka peninsula to the Kuril Islands (north of Japan) and even Alaska. Although refined and enlightened, they didn’t write their tongue, even when they became semi-nomadic during the 18th century, they didn’t use a script except to write the name of their God. The religion will be the subject of a next article but for now, remember that they had to read only this word.

The Magadanish had a maritime culture, organized around three mainly urban centre (Magadan in the north, Dolinsk in the south-west and Ichinski in the east). This organisation of the society continued to 1940 when, because of the war, they had to settle finally in three places and  adopt the Cyrillic script.

Nom de code : Labellais

Le rorquais (parfois appelé magadanien) est une langue construite (ou conlang) que nous  avons créée avec notre ami E. Decaux à partir de 2015. Pour les besoins de l’immersion, nous nous exprimerons désormais comme si cette langue et ses locuteurs existaient.

Le rorquais (de арурк/arork : langue) est une langue parlée dans l’Extrême-Orient russe sur les bords de la mer d’Okhotsk par le peuple éponyme. Les premiers habitants de cette région, au moment où Homo sapiens a traversé le détroit de Béring, s’installèrent aux abords de l’actuelle ville de Magadan en Russie. Leur nom russe vient de celui de cette ville (Magandansky).

Les Rorquais ou « Katamak » (littéralement : NousHommes) se dispersèrent, par la suite, tout autour de cette mer, de la péninsule du Kamtchatka aux iles Kouriles au nord-est du Japon. Grands commerçants, leurs nombreux voyages les menèrent jusqu’en Alaska à la rencontre des aléoutes. Bien que raffinés et cultivés, ils n’écrivaient pas leur langue, même quand ces derniers devinrent semi-nomades au XVIIIème siècle, ils n’utilisaient aucun système d’écriture, sauf pour écrire le nom de leur dieu. La religion fera l’objet d’un prochain article, mais il faut pour l’instant retenir qu’ils n’avaient à lire que ce mot-ci.

Les Magadaniens  étaient de culture maritime, organisés autour de trois grands centres urbains (Magadan au Nord, Dolinsk au Sud-Ouest et Itchinski à l’Est), cette organisation  perdura jusqu’en 1940 quand, avec la guerre, ils durent se sédentariser et adopter l’écriture des russes.